I Said Make My Abilities Average! 14 VF

anthonys01 avril 7, 2018 Vues 165

Chapitre 14 : Cette fois je ne mourrai pas !

 

 

Plusieurs jours après avoir semé la zizanie dans la classe, Adele faisait beaucoup d’efforts dans son job à temps partiel à la boulangerie.

La boulangerie était ouverte durant les jours de repos par professionnalisme, même si les ventes n’étaient pas terribles.

C’était plutôt normal. Durant les jours de repos, les gens ne travaillaient pas, et les mères de famille pouvaient cuisiner les trois repas de la journée. Même si le pain leur était nécessaire dans un repas, la majorité avait déjà acheté leur part durant la semaine, ou alors faisait des plats sans pain. Sans compter les gens qui faisaient eux-mêmes leur pain…

Et ceux qui achetaient des sandwiches pour la pause du midi au travail n’étaient forcément pas là durant le jour de repos.

Malgré tout ça, la boulangerie ne fermait pas ses portes pour ceux qui avaient tout de même besoin de pain ces jours-là.

Et la phrase « les ventes n’étaient pas terribles » est bien au passé.

Depuis qu’Adele avait commencé à travailler, les ventes augmentaient lentement, atteignant le niveau d’un jour normal de la semaine.

La raison pour cela…

 

“Euh, celui-là s’il te plaît !”

 

Avec les joues rouges, l’apprenti d’un marchand voisin pointait du doigt un morceau de pain.

L’apparence mignonne d’Adele combinée avec son service inhabituellement amical (pour ce monde) faisait penser aux garçons qui n’étaient pas habitués aux filles qu’ « elle m’aime ».

Et, même si elle était de rang inférieur à Ardlay, l’académie Ekland était tout de même admirée par les gens du peuple. Qu’une fille portant l’uniforme d’une école si prestigieuse travaillait ici ne pouvait vouloir dire qu’une chose : qu’elle était une roturière très talentueuse qui a pu entrer via une bourse d’études. Et donc pour des roturiers lambda, elle était encore au niveau où leur affection pouvait l’atteindre.

 

Face à moi se trouve une fille mignonne et intelligente qui pourra amasser beaucoup d’argent dans le futur. Et en plus, elle me sourit toujours. Il n’existait aucun garçon ne devenant pas heureux face à cette impression.

 

“Fufufu, Adele-chan est vraiment une fille sournoise…”

 

Après que l’apprenti ait quitté la boulangerie, une vieille dame du voisinage la taquina un peu.

 

“Mais voyons grand-mère(1), qu’est-ce que vous racontez…” (Adele)

 

Même si elle n’avait pas de bons souvenirs de ses grands-parents dans sa vie antérieure, dans ce monde, elle s’entendait bien avec les personnes âgées.

 

“Comme elle dit. Avec ça, tu n’auras pas de problème à te marier dans une bonne famille, et à avoir ton propre magasin.”

 

“Vous aussi grand-père ?!” (Adele)

 

La boulangerie s’était aussi transformée en lieu de rassemblement pour les personnes âgées durant les jours de repos.

Elle était la cible de grands-parents se sentant seuls depuis que les petits-fils avaient quitté la maison. Mais ce n’était pas un problème pour Adele, puisqu’elle appréciait la compagnie. Ça l’aidait aussi puisqu’ils éloignaient les hommes plus agressifs.

Il n’y avait qu’une chose qu’Adele regrettait.

Comme dernièrement il ne restait plus de pains invendus au moment de fermer boutique, il n’y avait pas de reste pour elle.

Adele avait terminé son travail pour la journée et était en train de rentrer au dortoir quand elle remarqua qu’une foule s’était formée sur la grande route.

 

 

“Excusez-moi, est-ce que vous pouvez me dire ce qu’il se passe ?” (Adele)

“Ah, oui, la calèche de la troisième princesse va bientôt passer par ici. Comme il y a une chance de pouvoir voir sa majesté, ça a tourné comme ça.

Si nous avons un peu de chance, elle pourrait peut-être même nous faire un signe de la main.”

 

Une dame expliqua cela à Adele.

Apparemment, la troisième princesse quittait rarement le palais, donc peu de monde avait eu la chance de la voir parmi les roturiers.

 

(Comme je suis déjà là, un petit coup d’œil ne ferait pas de mal. J’ai encore largement le temps après tout…)

 

Adele utilisa sa petite taille pour traverser la foule et se mettre au premier rang.

Peu après qu’elle ait atteint le premier rang, un convoi apparu au bout de la route principale.

À l’avant se trouvaient quatre soldats armés de lances, et avec une épée à leur ceinture. Il y avait ensuite trois soldats à cheval, avec des lances. Derrière eux se trouvait une calèche somptueuse suivie d’un arrangement similaire de soldats à l’arrière.

Comme la calèche avançait lentement dans la capitale, les soldats à pieds, qui étaient les plus adaptés à intercepter les attaquants étaient positionnés à l’avant et à l’arrière.

 

Le convoi se rapprochait progressivement de la position d’Adele, et quand le soldat le plus en avant était sur le point de la dépasser, un garçon de 5/6 ans fut poussé sur la route par la foule.

 

“Petit insolent !”

 

Le soldat à l’avant qui avait son chemin bloqué par le petit garçon, brandit sa lance et le frappa avec le côté sans lame.

Recevant le coup de plein fouet dans son estomac, le garçon fut éjecté et était à terre, immobile et silencieux. Comme le garçon était encore dans la route du convoi, le soldat marcha en direction de l’enfant. Sa lance était positionnée pour éjecter l’obstacle de force.

 

(… Il va mourir !)

 

Avant qu’elle ne s’en rende compte, Adele avait déjà quitté la foule et courait en direction du garçon.

 

(Cette situation m’a l’air familière…

Quelque chose du genre est bien arrivé avant. Est-ce que je vais encore mourir cette fois…)

 

Bien que consciente du danger, Adele ne s’arrêta pas et couvrit le garçon avec son corps. En le recouvrant, Adele imagina vivement.

 

(Barrière d’énergie réticulaire !)(2)

 

Pling !

 

La lance que le soldat avait bougée de toutes ses forces fut réfléchie par un mur semi-invisible autour d’Adele.

L’énergie réticulaire. L’énergie de cohésion libérée quand des atomes, molécules ou ions gazeux se condensent en structure cristalline.

Voulant une barrière, Adele pensa à quelque chose qu’elle avait vu dans une anime même si elle ne savait pas du tout comment ça fonctionnait. Comme les nanomachines allaient s’en occuper même si elle se contentait de l’imaginer, elle voulait faire une image la plus forte possible et chercha un pouvoir de bouclier dans ses souvenirs. Ce qui en résultat était le terme « énergie réticulaire » qui apparaissait dans des livres qu’elle lisait pour le plaisir dans sa vie antérieure.

 

Réticulaire. Énergie de cohésion. Des mots à sonorité bien solides.

Même si elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’ils voulaient dire, ces mots donnaient l’impression à Adele qu’ils bloqueraient l’attaque.

Comme elle avait le mot « réticulaire » en tête, la barrière ne se changea pas en un dôme lisse, mais plutôt en quelque chose fait d’un rassemblement de plaques de verre.

 

“Quoi…”

 

Avec une voix de consternation, le soldat continua à frapper le dos de sa lance contre le mur invisible, sans résultat.

 

“Debout !”

 

Un des soldats à cheval descendit et se rapprochait.

À en juger par son équipement et sa gestuelle, son rang devait être plus élevé que le premier soldat. Comme il était à dos de cheval, c’était peut-être un chevalier…

Ce chevalier qui avait tout vu depuis son cheval attaqua Adele avec sa lance. Avec la lame cette fois-ci.

 

Pling !

 

“Impossible…”

 

(C’est pas bon du tout !)

 

Adele était en panique totale.

Bien évidemment, se battre contre des gardes royaux était un problème, mais la “barrière d’énergie réticulaire” en était un gros aussi.

 

Des magies de ce type étaient, à la connaissance d’Adele, complètement inconnues dans ce monde.

 

Des magies servant à annuler des attaques magiques existaient. Il existait aussi des magies pour faire apparaître un mur de terre pour se protéger contre les épées et les flèches, ainsi que des équivalents avec l’eau et le vent. Mais une magie bloquant complètement les attaques physiques sans aucun intermédiaire était complètement inédite, sans aucune mention même dans les mythes et légendes.

 

Si une telle magie pouvait être utilisée en un instant, la victoire en combat serait assurée. En effet, les attaques ennemies seraient insignifiantes et vous pourriez juste les attaquer sans qu’ils n’aient la possibilité de riposter.

 

Elle serait amenée au palais si elle se laissait faire.

…ou pourrait même être exécutée pour avoir attaqué la princesse.

 

(C’est pas bon ! Exposer ma magie et manquer de respect envers le groupe de la princesse est une double catastrophe.

Qu’est-ce que je peux faire…)

 

En continuant de protéger le garçon, Adele essayait désespérément de trouver une bonne idée. Mais elle était tellement nerveuse qu’elle ne pouvait penser à rien.

 

“T-Toi, qui es-tu ! Un démon, ou un diable ?!”

 

Reculant inconsciemment de quelques pas, les chevaliers avaient une expression de terreur.

 

 

(…Un diable ? Même sans prendre en compte les démons, est-ce qu’ils existent au moins… C’est ça !)

 

Ayant trouvé une solution à sa situation, Adele dissipa la barrière.

Avec un son de verre se brisant, la “barrière d’énergie réticulaire” s’effondra en morceaux et disparut peu après.

Comme elle pouvait facilement bloquer et attraper les lances en utilisant sa force réelle, il n’y avait pas de danger même si elle dissipait la barrière.

Adele se leva lentement, et se tourna vers les chevaliers avec un visage sans expression.

 

“Je n’imaginais pas que quelqu’un oserait poser la main sur ce réceptacle divin !” (Adele)

 

” ” ” Hein ? ” ” ”

 

“Je vous demande qui a osé essayer de blesser ce réceptacle dans lequel je réside !” (Adele)

 

( ( ( ( Hein ? ) ) ) )

 

Complètement déconcertés face à ce qu’il se passait, les soldats, les chevaliers, et la foule autour avec sur leur visage une expression de confusion.

chapitre précédent | TOC | chapitre suivant

_______

Notes :

(1) :  Au niveau des choix de traduction, comme ma traduction dépend beaucoup de la source (jap ou anglaise), vous avez déjà dû remarquer que la forme en général changeait beaucoup (même si j’essaye de rester le plus constant possible). Concernant les mots facilement traduisibles comme sensei, obaa-san, ojii-san, onii-san, etc, je fais le choix de les traduire, mais pour les particules comme -san et -chan, ça s’en va et ça revient un peu selon mon humeur

(2) : Va savoir pourquoi l’auteur a choisi un concept aussi perché. https://fr.wikipedia.org/wiki/Énergie_réticulaire

Categories

Laissez un commentaire

Prénom *
Ajouter un nom d'affichage
Email *
Votre adresse email ne sera pas publiée
Site internet

Salut les amis, nous recrutons d'urgence, UN TRADUCTEUR JAPONAIS ! Postuler
+