I Said Make My Abilities Average! 15 VF

anthonys01 avril 7, 2018 Vues 287

Chapitre 15 : Manifestation d’une Déesse

 

 

Le chevalier était fou de rage face au discours arrogant d’Adele.

 

“Q-Quelles idioties est-ce que tu racontes ?! Vous autres, qu’est-ce que vous attendez, arrêtez-la !”

 

Suivant les ordres du chevalier, les soldats se rapprochèrent craintivement d’Adele.

 

“Oh foudre, montre à ces fous la colère du dieu qu’ils défient !” (Adele)

Dodoon !

 

Suivant les mots d’Adele, quatre coups de foudre descendirent, et frappèrent la pointe de la lance des soldats.

 

” ” ” ” Ouah !!! ” ” ” ”

 

Les quatre soldats lâchèrent rapidement leurs lances et tombèrent sur le côté.

 

“Q-Que s’est-il passé…”

 

Ce n’était pas de la magie de feu, mais des éclairs authentiques tombant des cieux.

Ce pouvoir n’était pas dans le domaine de la magie.

 

“Un pouvoir… divin…?”

Le chevalier se figea de stupéfaction. D’une manière inexcusable pour ceux gagnant leur vie par le combat, il se tenait droit et immobile.

 

Adele avait amassé des charges négatives en bas et des charges positives en haut des nuages. En guidant la charge positive du sol vers la pointe des lances, elle força la foudre à tomber.

Elle forma un circuit de faible résistance de la pointe de la lance vers le sol, et ajouta un film d’isolation autour des mains des soldats. Elle les avait réglés pour que les soldats reçoivent tout de même un choc, mais au point où leur vie n’était pas en danger. Sans s’arrêter, elle continua avec un autre sort sans incantation.

 

(Pour la suite, j’ai besoin de la réfraction de la lumière. Dispersion ! En condensant l’humidité de l’air, et en refroidissant l’eau jusqu’à ce qu’il se cristallise, formation ! En annulant la gravité, et conservant les constructions…)

 

Adele renforça son image, les effets sous-jacents et son résultat idéal, et émit ces pensées.

Au moment suivant, les particules de lumières commencèrent à danser autour d’Adele et des cristaux blancs commencèrent à converger dans son dos.

 

“U-Une déesse…”

 

Le chevalier ne pouvait que marmonner faiblement ces mots face à cette petite fille avec des ailes étincelantes de couleur argentée lui poussant dans le dos, entourée de particules de lumière scintillantes.

 

“Qu’est-ce qui serait approprié pour une punition divine ?

Faire exploser le palais ? Éradiquer la royauté, la noblesse et leurs soldats ? Ou peut-être même toute la population…” (Adele)

“Attendez, je vous en conjure !”

 

Repoussant les deux chevaliers qui essayaient de l’arrêter, une fille descendit de la calèche somptueuse et se précipita vers Adele.

La fille de 14/15 ans avec les cheveux dorés était évidemment la troisième princesse.

Quand elle arriva au niveau du chevalier le plus en avant, elle tomba sur ses genoux et baissa la tête.

 

“J’implore votre pardon, Déesse ! Cette calèche est conduite pour mon bien, donc je devrais être la seule à être punie. Je vous supplie de vous montrer clémente envers les autres personnes !”

“P-Princesse, que dites-vous ?! En tant que capitaine de la garde, toute cette affaire est de ma faute. Il serait naturel que toute la responsabilité me revienne. Votre Majesté ne faisait que voyager dans la calèche, vous n’êtes tenue responsable d’aucune de nos actions !”

“Non, la personne devant recevoir la punition est supposée être celle de plus haut rang, je me trompe ?”

 

(Hum~, ils se battent pour être celui qui portera le blâme plutôt que le contraire. Peut-être que ce ne sont pas de mauvaises personnes après tout…)

 

La situation devenait compliquée, mais le but d’Adele était toujours clair : sauver le garçon et arranger la situation, pour faire comme si rien ne n’était passé.

La magie sans incantation pour soigner le garçon était déjà en cours. Elle portait une attention spéciale aux dommages à la tête, aux hémorragies internes, ainsi qu’aux os cassés et aux organes blessés lorsqu’il a été frappé par la lance.

 

“Silence ! Je n’apprécie point le vacarme !

Je pardonnerai l’affront fait cette fois en l’honneur du grand cœur de la princesse tenant à ses subordonnées. Mais n’espérez pas la même générosité la prochaine fois !” (Adele)

“Je comprends ! Je manque de mots pour exprimer à quel point je remercie votre miséricorde…” (Princesse)

 

Quel genre d’attitude était-ce donc face à la princesse.

Si la vérité venait à être dévoilée, sa tête serait coupée.

 

(Et maintenant, la touche finale.)

 

Adele s’adresse au chevalier ayant frappé le garçon.

 

“Toi là. Même si ton sens du devoir est compréhensible, tu as dépassé les bornes. Les atrocités que tu commets sont des atrocités commises par ta princesse.

Seras-tu capable d’en prendre la responsabilité si des rumeurs circulent dans d’autres pays comme quoi « la princesse de ce pays est assez impitoyable pour tout simplement tuer un enfant agaçant » ?” (Adele)

 

Le chevalier, remarquant les conséquences de ses propres actions grâce aux mots d’Adele, ne pouvait que rester immobile et silencieux.

 

“Bien, il est temps pour moi de me retirer…

Oh, et une chose. Ce réceptacle ignore sa propre nature. L’informer de ça ou de ce qu’il vient de se passer ici est prohibé ! Absolument interdit !” (Adele)

 

En prononçant cette menace, Adele regarda les soldats ainsi que la foule environnante.

Tout le monde acquiesça avec un visage pâle.

 

“Oh, Déesse, je souhaiterais vous demander une faveur !”

“Quelle est-elle ?” (Adele)

“J’aimerais au moins pouvoir informer le roi de tout cela…”

 

Après avoir réfléchi un peu à la demande du capitaine de la garde, Adele accepta.

Puisque tant de chevaliers étaient impliqués, ils ne pouvaient pas ne pas le rapporter au roi.

 

 

“Je vous le permets, mais seulement au roi. Les autres nobles n’ont pas à savoir.” (Adele)

 

“Oui, je m’en assurerai…”

 

À cet instant, une grande idée apparut dans la tête d’Adele.

Elle se rapprocha du capitaine de la garde et fit une expression troublée.

 

“Ce réceptacle n’est pas correctement nourri dû à sa pauvreté.

Serais-tu disposé à la récompenser avec une raison ressemblant à « j’ai été impressionné par ton courage » et lui donner quelques pièces de ta bourse ?” (Adele)

“C-C-Compris !”

 

En réponse aux mots d’Adele, il se frappa doucement le torse et accepta instantanément.

… Il était impossible pour lui de refuser.

 

(Ouais, je l’ai fait ! J’ai obtenu des fonds supplémentaires ! Et maintenant, pour lever le rideau…)

 

Tout en gardant un visage détendu, elle plaça ses deux mains sur les épaules du garçon.

 

“Lumière de Guérison, soigne ses plaies !” (Adele)

 

Le corps du garçon était entouré de particules de lumière. Mais ce n’était qu’une petite prestation sans véritable effet. Elle a fini depuis longtemps de le soigner.

Adele créa encore des particules de lumière et ses ailes disparurent. Elle reprit ensuite la position qu’elle avait avant d’activer la « barrière d’énergie réticulaire », recouvrant le garçon.

 

 

“Oui, c’était comme cela.

Vous avez intérêt à vous souvenir de votre serment !” (Adele)

 

Après avoir regardé en direction des soldats et de la foule qui acquiesçait frénétiquement une fois de plus, Adele ferma les yeux un petit moment, puis cligna des yeux plusieurs fois avec une expression confuse.

 

“… Hein ? Je ne suis pas blessée ? Mais la lance ? Le soldat ?” (Adele)

 

En marmonnant cela, Adele regarda autour d’elle, confuse.

Comparé à il y a un an, ses talents de comédienne ont énormément grandis.

 

“Hum, hein ? Qui êtes-vous, Mademoiselle ?”

 

Le garçon qui ouvrit les yeux grâce à sa magie ne semblait pas avoir mal.

Des murmures commencèrent à se faire entendre des personnes regardant la scène, mais comme personne ne voulait laisser échapper des mots qu’il n’aurait pas dû dire, ça ne s’est pas transformé en brouhaha.

 

“Euh, excusez… Non, la fille là-bas !”

“Hein ? Vous parlez de moi ?” (Adele)

 

Adele ouvrit grand les yeux et cacha sa bouche avec ses deux mains en feignant l’ignorance.

Cette fois-ci, ses actions n’étaient pas dirigées par son idiotie innée, mais parfaitement maitrisées pour un effet maximum.

 

“O-Oui. Ton courage à arrêter mon subordonné avant qu’il ne dépasse les bornes, et à protéger ce garçon m’a impressionné. Je te donnerai ça pour te récompenser.”

 

En disant ça, le garde sortit sa bourse.

 

(Ouais ! Comme prévu !)

 

Pendant qu’Adele était occupée à effacer le sourire qui voulait apparaître sur son visage, le capitaine de la garde lui donne sa bourse entière.

Cette générosité la surprit.

Mais elle remarqua quelque chose.

Tout le monde la regardait.

Elle et le garçon à l’allure pauvre à côté d’elle.

Comparé à elle, qui portait son uniforme scolaire, ce garçon avait l’air plus pauvre dans tous les sens possibles.

Pouvait-elle juste partir avec ce gros sac d’argent dans une telle situation ?

La difficulté était élevée…

 

“T-Tiens, prends ça !” (Adele)

“Hein ?”

“C’est un cadeau du chevalier pour s’excuser de t’avoir effrayé !” (Adele)

“Je peux vraiment ? Merci beaucoup !”

 

(Ahhhhhh, j’aurais pu utiliser ça comme fonds pour m’enfuir…) (1)

 

Adele avait le cœur brisé alors qu’elle donnait la bourse au garçon avec des mains un peu tremblantes.

Le capitaine de la garde paniqua lorsqu’il vit ça.

Puisque c’était clairement contraire aux ordres de la déesse.

Même s’il était aussi pâle qu’un fantôme, il ne pouvait pas l’empêcher de donner l’argent à quelqu’un d’autre.

En ces temps de besoin, une main fut tendue vers le capitaine de la garde transpirant.

 

“Alors à la place du capitaine, en tant que vice-capitaine, je vais récompenser la fille courageuse !”

 

(Je suis sauvé~~!! Je te retournerai définitivement cette faveur, vice-capitaine !)

 

Le capitaine était soulagé après avoir échappé à cette mauvaise passe.

 

(Hourra ! Avec ça, les fonds d’évasion d’urgence ont bien augmenté !)

 

Utilisant une magie inconnue dans ce monde par réflexe pour sauver un enfant, Adele réussit à couvrir ça en tant qu’« œuvre de Dieu » en utilisant quelques autres sorts inconnus, et se fit passer pour une déesse.

Et en utilisant cette occasion, elle fit en sorte que c’était comme si rien ne s’était passé.

Adele se réjouissait innocemment du fait que son plan improvisé avait bien marché, et qu’elle avait même pu gagner des fonds additionnels.

 

Naïve.

Inexpérimentée.

Ignorante de la chose appelée ruse humaine.

 

Ces défauts étaient pleinement à l’effet à cet instant.

chapitre précédent | TOC | chapitre suivant

_____

Notes :

(1) :S’enfuir de l’emprise de ses parents, principalement. Rappelez-vous des premiers chapitres.

Categories

Laissez un commentaire

Prénom *
Ajouter un nom d'affichage
Email *
Votre adresse email ne sera pas publiée
Site internet