I Said Make My Abilities Average! 2 VF

anthonys01 novembre 25, 2017 Vues 525

Chapitre 2 : Réincarnation 2

 

“Donnez-moi des capacités normales !” (Misato)

“Hein…?” (Dieu)

Aux mots de Misato, le jeune homme s’appelant Dieu prit un visage choqué.

 

“Non, mais le monde dans lequel tu vas être réincarnée est très en retard par rapport à ton monde, tu sais ? Il n’y a pas de sécurité, il y a des bandits, c’est un monde d’épée et de magie, il y a même des monstres et des démons. Sans capacité spéciale sur laquelle se reposer, vivre paisiblement est impossible…” (Dieu)

Même si Dieu avait l’air de s’inquiéter, Misato ne changea pas d’avis.

 

“Ça ne me dérange pas. Faites juste en sorte que mes compétences, mon apparence, ma famille et tout le reste soient dans la moyenne par rapport à ce monde, s’il vous plaît. Je vais être réincarnée en tant qu’humaine de ce monde, non ? Dans ce cas, en tant que personne avec des capacités normales, je veux essayer de trouver le bonheur par mes propres moyens, cette fois…

Et puis, avoir les connaissances de mon monde moderne est déjà un gros avantage.” (Misato)

 

En voyant que Misato ne changera pas d’avis, Dieu accepta.

“J’ai compris.

Ah, et ce monde est une expérience à grande échelle où nous n’interférons pas, dans lequel nous avons fait en sorte que la magie soit utilisable. Il y a des nanomachines qui occupent l’espace et s’y multiplient jusqu’à une certaine concentration fixée. Ces dernières provoquent divers phénomènes en réponse aux ondes de pensées des êtres vivants. Des réactions chimiques et physiques entre autres… Enfin, pour vous, ces phénomènes peuvent être considérés comme magiques.

En fait, dans ce monde, des civilisations se sont déjà effondrées à de nombreuses reprises, en perdant toutes leurs technologies et avec très peu de survivants humains. Du coup, nous avons exceptionnellement mis en place des plans de sauvetage et des expérimentations, mais les nanomachines étaient déjà omniprésentes. Nous avons pu restaurer la civilisation jusqu’à un certain point, mais son évolution semble stagner.

De ce fait, ce monde a été considéré comme un échec, et tout le monde a arrêté de s’en occuper…

Nous nous sentons tout de même responsables, mais comme les humains semblent réussir à y vivre, ce monde n’est pas si mauvais que ça. Cependant, comme la civilisation stagne, ce monde est assez dangereux, les humains y meurent assez facilement…” (Dieu)

 

(Attends, on peut vraiment dire que « ce monde n’est pas si mauvais que ça » dans ce cas ?)

C’est ce que pensa Misato : enfin, c’est sans doute surtout dangereux pour les hommes devant aller travailler régulièrement hors de la ville. Pour les femmes restant en ville, ça ne devrait pas être si dangereux. Elle se convainquit ainsi.

 

Je ne vais pas être transporté avec ce corps, je vais renaître en tant que bébé, donc je n’ai pas vraiment besoin d’en savoir plus sur ce monde. J’aurais tout le temps d’en apprendre plus en grandissant dans l’autre monde.

En pensant ça, Misato n’avait pas trop envie d’en entendre trop. C’est pour cette raison qu’elle se contentait d’écouter les explications minimalistes de Dieu sans poser de question.

 

 

“Bien, démarrons la réincarnation.

Comme le couple qui va devenir tes parents n’est normalement pas censé avoir d’enfant, nul besoin de s’inquiéter pour l’âme de leur enfant. C’est un œuf préparé pour toi.

Sur ce, je te souhaite d’avoir une vie heureuse. …C’est un peu étrange de prier alors que je suis Dieu.

Je te suis vraiment reconnaissant. Grâce à ton action, un jour viendra où les hommes sur Terre pourront élever le statut de leur existence.

Encore une fois, je te souhaite d’avoir une vie heureuse… ” (Dieu)

 

*

 

Et à présent, Misato était la fille unique de la famille Ascham, Adele von Ascham, 10 ans.

Mais c’était étrange.

 

Pas le fait que les souvenirs soient revenus à 10 ans. Même si ça a l’air assez long, il serait difficile pour le cerveau et le corps d’un bébé d’accueillir d’âme d’une personne de 18 ans, ça serait vraiment compliqué de faire semblant d’être un bébé, et l’apprentissage de la langue demanderait aussi beaucoup d’effort… Pour toutes ces raisons, avoir ses souvenirs revenir après avoir grandi l’arrangeait beaucoup.

Cependant, quand ses anciens souvenirs se sont mélangés avec « ceux d’Adele »…

 

Il y a deux ans(1).

Alors que les deux parents étaient censés aller à une fête tenue par un seigneur voisin, le père se sentit malade ce jour-là. Son grand-père l’a accompagné en remplacement, et des bandits les ont attaqués sur le chemin du retour, entraînant la mort de la mère et du grand-père de Misato.

Cette route était pourtant relativement sûre, et des bandits n’y étaient pas apparus depuis des années. Et pour certaines raisons, ces bandits sont apparus ce jour-là.

 

Le jour après les funérailles, une femme entra dans la résidence accompagnée d’une fille du même âge qu’Adele.

Après ça, son père est allé à une fête accompagnée de cette même femme, et la fille nommée Prissy a été présentée comme leur fille. Adele a été abandonnée à la résidence.

La majorité des servants ont été remplacés, seuls les cuisiniers ont pu rester.

“… Alors c’est ce genre de choses.”

 

Ironiquement, dans sa vie précédente, seuls les parents et la sœur de Misato la supportaient, mais dans cette vie ces trois personnes sont ses ennemis. Plutôt qu’être traitée comme l’enfant du précédent mariage, Adele était soit ignorée, comme si elle n’existait pas, soit rabaissée et moquée par Prissy, la fille de la maîtresse de son père.

Enfin, plus que trois jours à subir ça.

Sans doute pour se séparer d’une nuisance, le père et la belle-mère d’Adele l’ont envoyé en internat dans une académie de la capitale du royaume. Son départ était prévu pour dans trois jours.

Pour Misato… ou plutôt Adele, c’était une opportunité en or.

 

Et 3 jours plus tard.

Adele partit pour la capitale en diligence, sans que sa famille vienne lui dire au revoir.

Bien évidemment, elle n’a pas pu utiliser la calèche de la famille.

Elle avait peu de bagages. Seulement quelques vêtements de rechange, et ses effets personnels.

La destination, l’Académie d’Ekland dans la capitale du royaume.

C’était une académie accueillant des troisièmes fils de famille pauvre de la basse aristocratie, des enfants de famille de marchands de classe moyenne, ou même quelques très brillants roturiers avec des bourses d’études.

 

Il y avait aussi une autre Académie dans la capitale accueillant la royauté, les premiers fils d’aristocrates, et les fils de marchands influents. En fait, Prissy, la demi-sœur d’Adele par alliance… ou plutôt sa demi-sœur tout court puisqu’elle est la fille de son père, va entrer dans cette école la semaine prochaine. Prissy ira d’ailleurs apparemment à la capitale avec ses parents pour la rentrée. Bien entendu, avec la calèche somptueuse de la famille. Et elle fera l’aller-retour entre l’académie et la résidence secondaire à la capitale.

 

Dans la diligence, Adele passait son temps à réfléchir. Parce qu’il n’y avait rien d’autre à faire.

 

(Comme je le pensais, ils veulent se débarrasser de moi, puisque je gêne. La fille de la précédente femme est inutile, alors ils veulent sûrement que la fille de la femme actuelle prenne la place de l’enfant légitime.

Tant que je suis là, Prissy sera considérée comme fille illégitime, et elle ne pourra pas être héritière puisqu’elle n’a pas le sang de la Baronne. Et je resterais obligatoirement l’héritière légitime. Mais, si je disparais, je suppose que Prissy gagnera sa légitimité.

Enfin, il est toujours possible qu’un garçon naisse aussi(2).

Ça serait bien que je n’aie pas à être tuée. Et en cas de problème, un mariage politique peut toujours me sauver la vie.)

 

D’ailleurs, à l’occasion de son entrée dans l’académie, les parents d’Adele lui ont interdit d’utiliser le nom des Ascham. Adele avait tout l’air d’avoir été reniée, et ils prévoyaient de faire de Prissy l’aînée de la famille. Peut-être que ses parents lui ont dit ça « juste au cas où », ou peut-être qu’ils la menaçaient tout simplement de la tuer.

 

Adele comptait apprendre le plus possible sur ce monde durant ses trois années scolaires, puis disparaître dans la nature après avoir été diplômée. Même si elle retournait chez ses parents, elle se ferait sans doute tourmenter jusqu’à en mourir, ou serait vendue à un vieil homme. Via le marché aux esclaves nommé « mariage politique ».

Pour pouvoir s’enfuir, il faut trouver des fonds et des connaissances d’un moyen ou d’un autre.

C’était l’objectif d’Adele concernant sa vie d’étudiante.

 

(Mais pourquoi est-ce que je suis née dans une famille d’aristocrates ? J’ai demandé à ce que mes compétences et ma position soient dans la moyenne… Ah !)

 

Adele trouva enfin la réponse à la question qui la taraudait.

 

(Royauté, Duc, Marquis, Comte, Vicomte.

Esclave, Roturier, Chevalier, Baron, Vicomte.

Cinquième en partant du haut. Cinquième en partant du bas. Oui, c’est bien le rang du milieu…

Mais, c’est pas bon du tout ! Et la répartition de la population alors ?!

Et puis, avant d’être la moyenne, ce n’est même pas la médiane… La médiane est le centre de toute la population considérée, ce n’est pas le centre de l’ensemble des valeurs possibles…

Si vous deviez vous tromper, vous auriez pu au moins mettre la valeur dominante(3)…)

 

À la base, que ce soit la moyenne, la médiane ou la valeur dominante, c’était censé être roturier. En choisissant correctement, ça n’aurait pas dû arriver.

 

Comme réfléchir commençait à la fatiguer, à partir du deuxième jour de voyage, Adele commença à tailler un bout de bois qu’elle avait ramassé pour en faire une poupée. Dans sa vie précédente, elle était très habile de ses mains, et elle a conservé ce talent.

Le couteau qu’elle utilisait était un objet qu’une fille de noble se devait d’avoir sur elle, c’était l’étiquette.

Si par exemple, un bandit ou un homme vous agressait, vous deviez vous suicider avec avant qu’il ne vous souille.

 

Même si on pourrait penser que « plutôt que de se suicider, pourquoi ne pas attaquer l’ennemi avec », c’est avec cette arme qui ne sert pas à ça que le bois est taillé.(4)

Bizarrement, le bois se taillait comme du beurre. Peut-être était-ce parce que c’était un très bon couteau, ou peut-être que le bois était du bon type…

Et la poupée en bois ainsi finie, assez innovante pour le monde actuel… serait plutôt appelée « figurine », vu son niveau de finition.

 

Les passagers de la diligence, voyant une jeune fille tailler un bout de bois avec son couteau, faisaient mine de ne pas regarder. Comme ils s’inquiétaient qu’elle se coupe avec le couteau…

_________________

Notes :

(1):  Euh, quoi ? On finit pas la phrase précédente ? (retour)
(2): Le premier fils gagne automatiquement les droits d’héritage, même s’il a une ou des sœurs plus âgées. (retour)
(3): C’est du vocabulaire de statistique tout ça, pas besoin de trop réfléchir dessus (retour)
(4): J’ai essayé du mieux que je pouvais de faire une phrase qui faisait sens ici, mais je comprends pas la phrase en japonais 🙁 (retour)

Categories

(3) commentaires

  • Jarod 25 novembre 2017 Répondre

    Merci à toi Anthonys pour cette superbe traduction en français, d’un web novel qui d’après les deux premier chapitre s’annonce vraiment super !!! Un grand merci, et bon courage à toi pour la suite.

  • Koony 27 novembre 2017 Répondre

    Merci pour cette découverte et le travail fourni. C’est marrant de trouver un isekai où le protagoniste est une fille, qui veut rester banale dans un univers magique. J’ai hâte de lire la suite.

  • Corwin 30 novembre 2017 Répondre

    Merci pour le taf! J’aurais pu dire que c”était… moyen, mais ça aurait été mentir 😉

Laissez un commentaire

Prénom *
Ajouter un nom d'affichage
Email *
Votre adresse email ne sera pas publiée
Site internet