I Said Make My Abilities Average! 7 VF

anthonys01 janvier 8, 2018 Vues 402

Bonjour, et bonne année à tous, ici Anthonys01. Aujourd’hui, vous aurez droit à 5 chapitres d’un coup !
Comme d’habitude, si vous voyez des fautes, hésitez pas à me les rapporter pour qu’ils soient corrigés. Je passe très peu de temps à la correction globale puisque je me concentre sur la traduction.
Sur ce, enjoy !

Misato 🙂

Chapitre 7 : Classe A

 

 

Le jour suivant le test de positionnement venait la distribution de matériel scolaire qu’Adele attendait tant. Enfin, ce qu’elle attendait n’était pas le matériel scolaire, mais les vêtements qui allaient être distribués en même temps.
Quatre uniformes scolaires et quatre tenues de sport, deux pour l’été et deux pour l’hiver. Cela incluait les chaussures, les chaussettes, etc.
Avec ça, elle aura enfin d’autres habits que ce qu’elle portait maintenant.

 

Au moins, ça ne sera pas étrange qu’elle porte son uniforme tous les jours.
En plus, elle pourra avoir gratuitement des vêtements de rechange si son uniforme devient trop petit ou est déchiré. Enfin, il semblerait que si des rechanges sont demandés trop fréquemment, l’école finira par donner des vieux uniformes que d’autres élèves ont portés. Quoique ce n’était pas vraiment un problème pour Adele.
Les vêtements qu’elle portait jusqu’à maintenant ont bien été endommagés, alors elle décida de les mettre dans l’Item Box pour les préserver.

 

Comme elle ne pouvait pas ramener tout le matériel dans sa chambre d’un coup, Adele les sépara en plusieurs portions et les ramena un par un. Après ça, elle mit directement son nouvel uniforme. En prévoyant sa croissance future, elle avait pris des vêtements un peu larges, ce qui donnait l’impression d’une nouvelle élève toute mignonne.

“Je me demande si je vais pouvoir me faire 100 amis !” (Adele)

Même si dans sa vie antérieure, elle n’a jamais eu d’ami, Adele était toute impatiente.

 

 

Quand elle alla voir le panneau d’informations dans l’après-midi, la répartition des classes avait été affichée.
Dans l’après-midi, les élèves seront répartis par classes pour la répétition pour la cérémonie d’entrée. Les choses sérieuses commenceront le lendemain. Ça sera à ce moment qu’il faudra interagir avec les autres camarades de classe, se présenter, etc. Les cours commenceront vraiment la semaine suivante, après le jour de congé suivant la cérémonie.
Comme prévu, Adele était en classe A. Même si en vrai ce n’était pas la lettre d’alphabet A, mais plutôt la première lettre du système d’écriture de ce pays, enfin, on va juste appeler ça « A ».

 

La répétition et la cérémonie d’entrée le jour suivant se déroulèrent sans encombre.
Même si quelques parents d’élèves ont assisté à la cérémonie, la majorité des parents d’élèves étaient trop pauvres ou venaient de trop loin pour y assister. Ça ou leurs parents s’en fichaient. Évidemment, Adele faisait partie du dernier groupe.
Certains nobles locaux n’assistaient qu’à la cérémonie des fils allant à des écoles renommées comme l’Académie Ardlay tout en s’abstenant d’aller à la cérémonie d’écoles de bas rang comme l’Académie Ekland, puisque ça pourrait ternir leur image.

 

Après la cérémonie, les classes ont immédiatement été guidées vers leurs salles de classe par leurs professeurs respectifs.
Libérés de l’ambiance formelle de la répétition et de la cérémonie, les élèves avaient enfin l’occasion de discuter entre eux.
L’anticipation et l’anxiété se battaient à l’intérieur d’Adele. Sera-t-elle capable de se faire des amis ? Elle ne voulait pas finir comme dans sa vie antérieure.

 

“Je m’appelle Abe von Burgess et je m’occuperai de vous durant cette année. L’année prochaine, je serai aussi le professeur principal de la classe A de seconde année, donc certains d’entre vous m’auront un peu plus longtemps. Pour ceux d’entre vous qui échoueront à l’évaluation de fin d’année, ça sera là où nous nous séparerons.” (Burgess)

 

Le professeur principal de la classe A un homme d’une trentaine d’années bien bâti.
À en juger par son apparence, il avait plus l’air d’un aventurier de rang moyen à la guilde des Hunters que d’un professeur. Il ressemblait à une brute moyennement âgée.
Comme l’indiquait le « von » au milieu de son nom, il était un noble. C’était probablement pour pouvoir plus facilement contenir les stupides nobles ne comprenant pas que le rang social n’importait pas dans cette école.

 

“Bien, commençons par les présentations. Que tout le monde se présente un par un, en commençant par toi.” (Burgess)

“O-Oui ! Je suis le troisième fils de la société d’import-export Buick, Marcus. Je viens de la capitale et je suis doué pour…”

 

Après avoir été appelé, le garçon le plus à gauche de la rangée du devant commença à se présenter. Suivant ça, les 30 élèves de la classe A, avec 12 garçons et 18 filles, se présentèrent normalement en donnant leur nom, leur origine, leurs talents, leurs hobbies, et leurs buts dans la vie.
La classe A avait plus de filles que de garçons parce que les nobles tendaient à envoyer leurs garçons dans les écoles de plus haut rang, et leurs filles dans des écoles de plus bas rang. De plus, la plupart des garçons se focalisaient sur les arts martiaux, et donc les filles l’emportaient sur le score global.

 

Comme Adele avait du mal à se rappeler du nom et du visage des gens, elle regarda chaque élève se présentant comme si sa vie en dépendait, en préparation pour se faire des amis. Les élèves qui le remarquaient rougissaient et devenaient nerveux.
Et Adele n’avait pas conscience que c’était de sa faute.

 

“Je m’appelle Kelvin von Barium et je vise à devenir chevalier. Je suis bon en maniement d’épée. Mon hobby est le combat à l’épée. Mon but dans cette école est de devenir plus fort.” (Kelvin)

 

Adele fut un peu surprise par cette présentation un peu différente des autres. Un tout petit peu. Elle ne s’était évidemment pas rendu compte que ce Kelvin était le garçon qu’elle a utilisé en tant que référence pour le test d’aptitude physique.

Et Adele n’avait également pas remarqué que Kelvin lui lançait des regards furieux.

 

Les présentations continuèrent, et ce fut enfin au tour d’Adele.

“Mon nom est Adele. Je n’ai pas de talent spécial. Je suis une fille tout ce qu’il y a de plus ordinaire.” (Adele)

 

( ( ( ( Menteuse ! ) ) ) )

 

Tout le monde dans la classe exceptée Adele cria ces mots dans leur tête.

La classe possédait déjà un splendide sens d’unité.

La fille pouvait facilement utiliser la même magie que la personne la plus douée de magie de la classe, et sans utiliser d’incantation.
De même, la fille qui avait tranquillement égalé les scores du cinquième fils d’un aristocrate avec des capacités athlétiques hors norme tout en se retenant de battre ses records. Son ignorance apparente que ce fait probablement prévu pour épargner la fierté du garçon avait fait tout le contraire, l’avait fait perdre la face, faisait d’elle soit une idiote soit une personne sans pitié…
Les filles de nobles ayant passé le test d’aptitude avaient déjà commencé à répandre les faits dans la cafétéria et dans la salle commune du dortoir.

 

Dû à son manque d’expérience, le jeu d’acteur d’Adele pour faire semblant de faire des efforts n’avait convaincu personne. Ça n’a pas non plus aidé que les personnes passant les tests juste avant elle étaient les meilleures dans leurs domaines respectifs. Adele, qui n’avait pas remarqué ça, pensait s’être fondue dans la classe en tant que fille ordinaire.

 

Après les présentations venait l’orientation. Burgess relaya les informations importantes que devaient savoir les élèves pour la rentrée des classes. Comment fonctionnait l’école, ses règles, et comment seront organisées les classes théoriques et pratiques.
Après cela, il libéra la classe. Ils n’avaient classe que le matin ce jour-là, avec l’après-midi et le lendemain libres pour que les élèves puissent acheter les différentes nécessitées et préparer leur environnement de travail.

 

Mais cela ne concernait pas Adele. Elle devait travailler le lendemain, et manquait d’argent pour acheter quoi que ce soit. Les objets essentiels comme le savon, les cahiers et l’encre allaient épuiser son argent puisqu’ils étaient considérés comme des produits de luxe, avec le prix qui allait avec. Et une minute était suffisante pour acheter ça.
Le salaire gagné le lendemain sera gardé en cas d’urgence. Les deux sous-vêtements qu’elle voulait acheter devront attendre.

 

Alors qu’elle s’apprêtait à se lever en réfléchissant à tout ça, elle était entourée par quelques garçons.

“Veux-tu aller faire du shopping avec moi, Adele-chan ?”

“Non, viens avec moi. Je suis d’ici donc je connais beaucoup de bons magasins !”

“Non, accompagne-moi !”

Adele se recroquevilla par réflexe…

 

(Hein ? Je me suis mis sur mes gardes sans m’en rendre compte, mais il semblerait qu’ils ne me veulent aucun mal… ou plutôt, je suis populaire ? Pourquoi ?)

 

Ressentant que quelque chose n’allait pas, Adele s’arrêta pour réfléchir.
Pour être honnête, elle était bien plus belle quand elle était Misato.
Bien que les membres de sa famille avaient une apparence de roturier pendant des générations, Misato avait un visage avec des traits nets, ressemblant à une fille fortunée. Son apparence était si charmante qui n’aurait pas été étrange qu’elle soit recrutée pour démarrer dans le show-biz.

 

(Ah !)

 

À ce moment, Adele se rappela d’une émission qu’elle avait vue il y a longtemps.
Ils expliquaient que si on fusionnait les visages de nombreuses personnes, on aurait un visage moyen que la majorité trouverait beau.
Ce n’était en aucun cas une beauté époustouflante, mais plutôt un visage apaisant qui mettrait tout le monde à l’aise. C’est ce qu’ils disaient.
En les fusionnant. En faisant leur moyenne. Leur moyenne…

 

(C’est complètement à côté de la plaque ! Mon vœu d’être « ordinaire », moyen, voulait dire normal, qui pourrait se fondre dans la foule, et pas du tout avoir un « visage moyen » !)

 

“J-Je suis désolée, j’ai déjà terminé de faire mes courses !” (Adele)

 

Le visage rougissant d’Adele, peu typique depuis qu’elle s’est réincarnée, déclencha quelque chose dans le cœur des garçons, ce qui rendit leur compétition encore plus féroce.

 

“Arrêtez-vous là, les garçons !”

 

Durant le court moment où la fille aux allures de déléguée de classe arrêta les garçons, Adele s’échappa après l’avoir silencieusement remerciée.

 

Comme, en incluant sa vie antérieure, presque aucun garçon n’est jamais venu lui parler mis à part lorsqu’ils voulaient recopier ses devoirs, Adele avait été un peu effrayée.
Après être retournée au dortoir et s’être enfermée dans la salle de bain, elle se regarda dans le miroir, qui était en fait un morceau de métal poli.

 

Elle était un peu plus petite que la moyenne, et avait hérité des cheveux argentés de sa mère. Sa beauté n’était pas à couper le souffle comme Misato, mais elle avait un air apaisant.

(… populaire ? Je suis populaire ?)

Cette prise de conscience lui donna un sourire louche.
Les étudiantes qui retournaient au dortoir et voyaient ce sourire se dépêchaient de détourner leur regard.

(Ah non, je dois me ressaisir ! Je ne veux pas être populaire ! Pour une fille normale, avoir un petit ami est largement suffisant ! Je ne veux pas être entourée de garçons !)

Adele chassa ses pensées étranges en secouant la tête.

 

(Mais c’est étrange. Ma poitrine semble un peu petite…)

 

Si elles commençaient à grandir tôt, la poitrine des filles pouvait commencer à grossir autour de 7-8 ans dans ce monde aussi. Quand Misato avait atteint les 8 ans, sa poitrine avait bien commencé à grossir pour atteindre le bonnet C à ses 18 ans. Comme certaines filles semblaient déjà avoir du volume dans sa nouvelle classe, Adele doutait d’avoir vraiment une poitrine moyenne. Pourquoi donc… ?

 

(Je n’ai pas beaucoup mangé ces deux dernières années depuis que ma mère et mon grand-père sont décédés, donc ça a dû ralentir ma croissance. C’est presque comme si j’étais une elfe ou une naine… Impossible !)

 

Adele se figea.
Les espèces humanoïdes de ce monde étaient : les humains, les elfes et les nains.
Et si dieu les considérait comme une unique espèce ?
Alors que la taille d’Adele devrait être dans la moyenne, elle était un peu petite.
Et sa poitrine refusait de grossir.

 

Enfin, non, ça ne devrait pas être ça. Comparé aux humains, le nombre d’elfes et de nains était très faible, donc leur influence ne devrait pas être grande.
… normalement.

 

Par exemple, si dieu n’avait pas fait correctement la moyenne.
Si par exemple, il avait déjà la moyenne séparément sur les humains, les elfes et les nains, et il voulait calculer la moyenne pour l’ensemble, mais avait la flemme de tout recalculer depuis le début ?
Et s’il était assez idiot pour juste faire la moyenne de ces trois moyennes ?

 

Attendez. Temps mort ! Stop !

 

Ça ne peut pas être ça. Ça ne le peut pas !

Une pensée soudaine surgit dans l’esprit d’Adele en marchant vers sa chambre.

(Je suis contente que les Orques et les Gobelins ne soient pas comptés comme des races humanoïdes…)

 

Boum Boum Boum Boum Boum !

 

Adele se frappa la tête contre le mur du couloir et ne put être arrêté par ses camarades de classe qu’un peu plus tard.

 

chapitre précédent | TOC | chapitre suivant

Categories

Laissez un commentaire

Prénom *
Ajouter un nom d'affichage
Email *
Votre adresse email ne sera pas publiée
Site internet