I Said Make My Abilities Average! 9 VF

anthonys01 janvier 8, 2018 Vues 427

Chapitre 9 : Amis 2

 

 

Quand Adele revint dans sa chambre avec deux chaises de la salle commune, tous les tiroirs étaient fermés et les larmes étaient séchées.

“Désolée pour l’attente…” (Adele)

“Nul besoin de s’excuser pour si peu…
Sinon, il y a quelque chose que j’aimerais te demander.” (Marcella)

 

Adele avait placé les deux nouvelles chaises pour que l’ensemble forme une courbe. Elle s’était assise sur le lit. En effet, peu importe à quel point la chambre était vide, il était impossible d’y mettre confortablement quatre chaises.

 

“Bien sûr, qu’y a-t-il ?” (Adele)

“Il semblerait que tu aies été acceptée sans passer d’examen, alors serais-tu par hasard une noble ?” (Marcella)

 

Ah, évidemment qu’elles devineraient, pensa Adele. Comme elle ne voulait pas mentir à des amies qui venaient visiter sa chambre, Adele répondit en disant la vérité.

 

“Eh bien, oui… Mais si je venais à utiliser le nom de ma famille, je serais sans doute éliminée. Par mon père et ma belle-mère qui a ramené sa fille avec elle…” (Adele)

Monika émit une voix étrange.

 

“… J-Je vois. Tu es plutôt bonne en arts martiaux et en magie, si je ne me trompe ?” (Marcella)

Marcella essayait désespérément de se persuader que c’était quelque chose qui arrivait souvent dans la noblesse.

Orianna était quant à elle devenue pâle, et ne pouvait prononcer un mot.

 

“Hein ? Non, je suis parfaitement normale, vous savez ? J’ai eu à peu près le même score que la personne avant moi au test d’entrée…” (Adele)

 

Cette fille est une idiote !

Marcella pouvait enfin comprendre les rumeurs qui circulaient.

Cette fille n’avait pas remarqué que les deux personnes devant elle étaient les meilleures dans leurs domaines respectifs. Elle n’avait également pas remarqué que personne n’avait été trompé par sa tentative de restreindre ses capacités…

Aurait-elle caché ses vraies capacités pour que ses parents ne se débarrassent pas d’elle parce que ses talents seraient devenus une menace pour sa belle-sœur ?

 

“B-Bien entendu. Normale, complètement normale…” (Marcella)

“Exactement ! Être normale est vraiment bien, vous ne trouvez pas ?” (Adele)

” ” ” … ” ” ”

 

 

Marcella se rappela enfin qu’il y avait une affaire à régler.

“Adele-san, il semblerait que tu sois assez proche des garçons…” (Marcella)

Adele mordit à l’hameçon.

“Oui ! Mais je me demande s’il n’y a pas quelque chose qui pourrait être fait pour ça…
J’ai un peu du mal avec les garçons, et je n’ai presque jamais parlé à des garçons excepté mon père… Actuellement, je n’ai pas temps pour avoir un petit ami. Ce genre de chose peut attendre pour quand je serais adulte et quand je pourrais survivre seule.
Je me demande s’il n’y aurait pas quelque chose qui pourrait les faire reculer…” (Adele)

” ” ” Heh… ” ” ”

 

Les trois filles étaient perplexes devant la déclaration sincère d’Adele.

Leur but originel était complètement balayé.

Et le sujet que Marcella choisit pour changer le cours de la conversation était…

“Et qu’as-tu prévu de faire demain ?” (Marcella)

“Les jours où il n’y a pas cours, je passe toute la journée à travailler. Comme je suis sans le sou et je n’ai rien reçu pour mon départ… Mais avec le salaire de demain, je devrais être enfin capable de m’acheter un deuxième set de sous-vêtements !” (Adele)

 

Les trois filles étaient à leur limite en voyant à quel point Adele semblait heureuse.

Le visage d’Orianna était devenu bleu et elle tremblait sur sa chaise.

D’un autre côté, le visage de Monika était devenu rouge et elle devait se mordre les lèvres pour le supporter.

Marcella essayait de toutes ses forces d’avoir l’air normale, comme si sa vie en dépendait.

 

 

“C-Comme il serait impoli de notre part de te prendre plus de ton temps, nous allons te quitter maintenant…” (Marcella)

“Eh, mais ça ne m’aurait pas dérangé que vous restiez un peu plus longtemps…” (Adele :'( )

Malgré la tentative d’Adele de les faire rester, Marcella se leva et répondit.

“Nous aurons encore largement assez de temps après. Encore trois ans.” (Marcella)

“… Oui !” (Adele)

 

Quittant une Adele toute joyeuse, les trois filles retournèrent dans leurs propres chambres.

 

“Je l’ai fait ! J’ai complété l’event « visite d’amis » ! J’ai trois nouvelles amies !” (Adele)

Adele était dans les nuages.

Elle ne savait pas qu’elles avaient effectué leur trajet jusqu’à leurs chambres dans le silence complet.

 

 

Miaou~

 

“Ah, te revoilà…” (Adele)

Un chat noir solitaire entra dans la chambre d’Adele par la fenêtre qu’elle avait laissée ouverte.

Dès qu’Adele sortit l’assiette avec l’os du tiroir et la posa sur la table, le chat se jeta immédiatement dessus.

“Tu aimes vraiment cet os, toi… Je t’en donnerai un nouveau la prochaine fois.” (Adele)

 

***

 

Le deuxième jour de la nouvelle semaine, dans la salle de la classe A.

 

“Adele-san, aurais-tu un petit moment ?” (Marcella)

“Ah, Marcella-san !” (Adele)

Quand Adele approcha joyeusement Marcella qui l’avait appelée, cette dernière lui donna un sac en papier.

 

“J’ai acheté la mauvaise taille par erreur, mais j’ai pensé qu’avec ta carrure tu devrais être capable de porter ça.” (Marcella)

“Hein, je peux vraiment avec ça ?” (Adele)

Le sac qu’elle avait reçu était plutôt gros.

“Merci beaucoup ! Je peux l’ouvrir maintenant ?” (Adele)

“N-Non, tu ne dois pas ! Ouvre-le une fois rentrée dans ta chambre s’il te plaît !” (Marcella)

 

En voyant le visage rouge de Marcella, pouvait plus ou moins deviner le contenu du sac.

Et c’était des vêtements pour lesquelles des filles ne se tromperaient normalement pas de taille.

“Marcella-san…” (Adele)

Adele, qui se rapprochait lentement de Marcella, la prit bien fort dans ses bras.

“A-Arrête s’il te plaît. Adele-san, lâche-moi !” (Marcella)

Même si Marcella était rouge de honte, elle n’avait aucune chance contre la poigne de fer d’Adele contenant sa vraie force qu’elle utilisait inconsciemment.

Cette scène a bien entendu été vue par tous leurs camarades.

 

Pour certaines raisons, à partir du jour suivant, peu importe leur genre, les camarades de classe d’Adele lui faisaient des petits cadeaux comme des sucreries ou de la viande séchée.

Même si Adele pensait que c’était étrange, elle accepta volontiers les cadeaux, mais n’a jamais étreint de nouveau quelqu’un par gratitude.

 

***

 

Le jour suivant se déroulait leur première classe d’arts martiaux pratiques.

“Écoutez-moi bien ! Nous allons à présent commencer l’entraînement en arts martiaux !” (Burgess)

Apparemment, leur professeur principal Burgess était aussi leur instructeur pour les arts martiaux.

Tous les élèves avaient équipé une armure en cuir par-dessus leur tenue de sport. Ce n’était pas quelque chose qu’il fallait personnellement acheter, comme c’était fourni par l’école pour les cours d’arts martiaux. Il semblait cependant que les élèves à Ardlay devaient s’occuper de l’armure eux-mêmes…

Même si l’odeur du cuir et de la sueur des porteurs précédents était difficile à supporter, ils n’avaient pas le luxe de s’en plaindre.

 

“Normalement, nous devrions commencer par de l’entraînement basique d’endurance physique et de maniement d’épée, mais je sais que vous n’aimez pas ce genre de choses ennuyantes. C’est pourquoi je vais d’abord vous faire faire des petits matchs pour que vous puissiez expérimenter pourquoi les bases sont si importantes.
Commençons par un exemple… Ceux avec de l’expérience, avancez-vous !” (Burgess)

En suivant les indications de Burgess, plusieurs garçons s’avancèrent.

 

“Que l’un de vous nous montre un peu ce que ça donne !” (Burgess)

Même s’il avait dit ça, personne ne se proposa pour commencer.

Quand Burgess pensa qu’il n’avait pas d’autre choix que de choisir quelqu’un lui-même, quelqu’un répondit.

“Je vais le faire !” (Kelvin)

Kelvin, le cinquième fils d’un baron, fit un pas en avant.

 

“Ah, Kelvin ! Bien, vas-y ! Tu es libre de choisir ton adversaire.” (Burgess)

Pour accentuer le fait qu’il n’y avait pas de division par statut social dans l’école, les élèves et les professeurs s’appelaient par leurs prénoms.

 

Quand Kelvin regardait en direction des élèves expérimentés, ils détournèrent leur regard.

La majorité des élèves avec de l’expérience passée étaient des nobles ayant vu les capacités de Kelvin au test d’entrée.

Après avoir attentivement regardé autour de lui, Kelvin désigna son adversaire en le pointant du doigt.

“Toi ! Viens te battre contre moi !” (Kelvin)

 

“Hein ? Pourquoi moi ?” (Adele)

Être si soudainement choisie surprit Adele.

 

“Euh, mais je n’ai jamais fait ce genre de chose avant…” (Adele)

Essayant de convaincre Burgess avec ça, elle regarda en sa direction en espérant qu’il la sauve.

Mais…

 

“Oh, contre Adele ! Ça a l’air intéressant, alors faisons ça !” (Burgess)

 

Comme les rumeurs concernant Adele ont également atteint les professeurs, Burgess voulait utiliser cette occasion pour tester la vraie force d’Adele, et accepta donc avec un sourire sur le visage.

 

“Hein~…” (Adele)

 

chapitre précédent | TOC | chapitre suivant

Categories

Laissez un commentaire

Prénom *
Ajouter un nom d'affichage
Email *
Votre adresse email ne sera pas publiée
Site internet